Lavoir de Tourne

Lavoir de Tourne

Description

Colossal ! Inspiré des colonnades des temples antiques, cet imposant lavoir accueille les visiteurs d’aujourd’hui et les lavandières d’autrefois. Classé aux monuments historiques, il reste le témoin d’un brillant XIXe siècle à Bourg-Saint-Andeol.

En savoir plus

Dispositions Spéciales Covid

Illuminé la nuit

  • Adresse
    • Mairie de Bourg-Saint-Andéol
    • Avenue Marc Pradelle
    • 07700
    • Bourg-Saint-Andéol
  • Téléphone 04 75 54 85 00
  • Ouverture

Équipements services

afficher les équipements & services
  • Animaux acceptés
  • Visites individuelles guidées
  • Visites groupes libres
  • Visites groupes guidées
  • Documentation Touristique
  • Visites gratuites
  • Visites guidées
  • Visites individuelles libres

Construit au milieu du XIXème siècle (1843) d’après les plans dressés par l’architecte bourguésan Baussan le lavoir actuel remplace l’ancien jugé inconfortable par la municipalité de l’époque.
Le cours d'eau qui traverse Bourg-Saint-Andéol, la Tourne, est alimenté par deux sources qui font surface au Petit Goul et au Grand Goul, deux bassins provenant de deux cavités composées d'étroites galeries profondes et souterraines et situés dans le vallon.
La rivière Tourne est à l'origine de la riche activité industrielle développée à Bourg-Saint-Andéol : il entraînait des moulins à blé, à huile, à fouler le drap et la laine pour les assouplir ou les dégraisser. Il alimentait également des tanneries, une teinturerie, une cascade et un lavoir.
Il frappe par l'importance de ses proportions et les 16 colonnes qui supportent sa grande toiture. Il est commandé par le maire de la ville afin de remplacer un lavoir plus ancien jugé inconfortable. La municipalité aurait souhaité donner aux femmes l'occasion de se retrouver et de communiquer dans un lieu plus vaste et plus accueillant : les photos anciennes montrent en effet une forte activité dans ce lieu de rencontre. Le petit dôme qui précède le bâtiment abrite une source dénommée " fontaine aux ânes " en raison de l'abreuvoir que l'on y voyait avant qu'il ne soit recouvert par son actuelle calotte. Le lavoir a été inscrit parmi les monuments historiques le 20 septembre 1946.