Bas relief antique du dieu Mithra

Bas relief antique du dieu Mithra

Description

Sous vos yeux, le plus important bas relief dédié à Mithra dans toute la gaule antique.
Sous vos pieds, les restes du temple de Culte à Mystères sommeillent encore.
Mithra n'a jamais cessé d'interroger: percez le mystère.

En savoir plus

Dispositions Spéciales Covid

Site illuminé la nuit

  • Adresse
    • Mairie de Bourg-Saint-Andéol
    • Vallon de Tourne Avenue Marc Pradelle
    • 07700
    • Bourg-Saint-Andéol
  • Téléphone 04 75 54 85 00
  • Ouverture

Équipements services

afficher les équipements & services
  • Aire de pique-nique
  • Parking à proximité
  • Animaux acceptés
  • Visites individuelles guidées
  • Visites groupes libres
  • Visites groupes guidées
  • Documentation Touristique
  • Visites gratuites
  • Visites guidées
  • Visites individuelles libres

Classé Monument Historique en février 1927.
Lors d’une balade dans le vallon de Tourne, site classé "site pittoresque» entre les deux fontaines vauclusiennes vous découvrirez le Bas relief du dieu Mithra qui constituait le fond d'un ancien temple romain.
Le culte de Mithra d'origine iranienne était très répandu dans le monde romain entre les 1er et 3e s.

Long de 1,30m sur 1,15m de haut dans un panneau rectangulaire mesurant 2,30m sur 1,85m, il est le seul sculpté à même le rocher que l’on trouve en France. Un Mithraeum s’étendait jusqu’au niveau de la rivière. Le bas-relief devait être détruit au moment de la construction du chemin de fer en 1880 mais un bourguésan, l’Abbé Paradis, s’y opposa fermement et obtint de le protéger.
Mithra, jeune homme chevauchant le taureau afin de le sacrifier, engendre une nouvelle vie symbolisée par les épis de blé qui jaillissent sous sa queue. Mithra serait né dans une grotte c’est pourquoi des rites avaient lieu dans une cavité et prés d’une source. Il s’agissait d’une religion initiatique avec des épreuves physiques pratiquées essentiellement par les hommes. On comptait 7 grades. Ce culte est fortement lié à l’astronomie.
En bas de la représentation, se trouve un cartouche avec inscription latine aujourd’hui effacée qui a donné lieu à diverses traductions, la plus communément admise étant : « A la divinité de Mithra, au Soleil très grand, Titus Furius Sabinus a fait faire et dédier cette image du dieu invincible à ses frais ».
Mithra a rivalisé un temps avec le christianisme mais comme toutes les religions païennes, son culte est déclaré illégal en 391.
Borne explicative sur place