Jean-Luc Estavoyer, passionné de patrimoine, habite Bourg-Saint-Andéol depuis 4 ans seulement. Ce nouveau venu est tombé amoureux de la ville et le regard qu’il pose sur elle est particulièrement neuf et touchant. Il nous la fait découvrir au travers des artistes et des écrivains qui y ont séjourné au fil des siècles.

 

Portrait Estavoyer ©jezabel janvre

Jean-Luc Estavoyer nous accueille chez lui, dans une belle demeure ancienne de la Grande Rue. C’est là qu’il a ouvert Le Studiolo, un lieu de rencontres culturelles. La visite démarre dans sa rue, riche en hôtels particuliers, dont, au n°25, l’hôtel de Larnage. L’histoire raconte que Mme de Larnage y aurait initié Jean-Jacques Rousseau aux plaisirs de la chair, à la fin du XVIIIe siècle, alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme inexpérimenté.

" Je présente mes coups de cœur, explique-t-il. Ce sont des livres, des gravures, des dessins, des objets anciens… Je suis une sorte de passeur : je trouve un objet qui me plaît, je me l’approprie, j’en profite, puis je le transmets à quelqu’un qui en a envie.
Studiolo 5©jezabel janvre

Notre balade nous amène ensuite rue Poterne, au Palais des Évêques, imposante bâtisse surplombant le Rhône. Cet ancien fort médiéval, embelli aux XVe et XVIIe siècles, était la résidence des Évêques de Viviers. « On le surnomme le Palais aux 100 pièces ! Il représente 1/3 du Palais des Papes d’Avignon. C’est un monument majeur du Vivarais ! »

En face du Palais des Évêques, on découvre le magnifique Hôtel Doize et sa façade en pierre de taille. Il a été construit par un riche homme d’affaires bourguésan du XVIIIe siècle.

Nous passons ensuite devant l’Hôtel Nicolay, en grande partie détruit lors du bombardement du 15 août 1944, mais dont la tour gothique s’élève toujours majestueusement. Elle abrite un escalier à vis, tout comme une autre tour, à quelques pas de là, place Julien Rigaud. Jean-Luc nous fait remarquer les heurtoirs qui ornent les portes cochères de la place.